Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×
Vendredi 23 Juin 2017 - Par financenews

Leçon d’humanité

 

 

C’est encore une belle leçon d’humanité que le Maroc vient de donner à l’Algérie. Mardi, en vertu de considérations humanitaires et à titre exceptionnel, le Roi a donné ses instructions aux autorités concernées à l’effet de procéder au traitement immédiat de la situation d’un groupe de 13 familles de nationalité syrienne se trouvant depuis plusieurs semaines à la frontière algéro-marocaine. «Il s’agit d’une mesure à caractère exceptionnel dictée par des valeurs humanistes», indique un communiqué du Cabinet royal.

Il faut dire, plus généralement, qu’en matière de politique migratoire, le Royaume reste un modèle qui devrait inspirer beaucoup de pays, en particulier le voisin algérien. Car, quand le Maroc accueille et régularise les migrants, l’Algérie les chasse de vile manière, suscitant l’indignation de la communauté internationale. Rappelons d’ailleurs qu’il y a quelques mois, ce pays a initié une vaste opération d'expulsion de migrants subsahariens. Arrêtés et placés dans des camps de détention à Alger ou emmenés à Tamanrasset, au sud du pays, ils ont ensuite été jetés comme des animaux dans des camions et abandonnés dans le désert nigérien. Cette expulsion forcée, barbare et violente a concerné plus de 1.500 migrants, dont notamment des enfants, des femmes enceintes, des personnes malades, ainsi que des demandeurs d'asile et des réfugiés. Un acte inhumain que les ONG internationales ont tout logiquement qualifié de «racisme d’Etat».

Aujourd’hui, plus que jamais, la situation des réfugiés dans le monde interpelle. Les chiffres rendus publics par le haut-commissariat des Nations unies pour les Réfugiés (HCR) à l’occasion de la Journée mondiale des immigrés, célébrée le 20 juin de chaque année, sont de ce fait révélateurs à plus d’un titre. Le nombre de personnes déracinées a atteint un nouveau record de 65,6 millions dans le monde en raison des conflits qui s'éternisent. L'année 2016 a enregistré une légère augmentation des déplacés (+300.000), un chiffre largement inférieur par rapport au bond de 2015 (+5,8 millions).

Selon le HCR, l'essentiel des déracinés dans le monde concerne le déplacement interne de personnes au sein de leur propre pays, dont le nombre a dépassé les 40 millions à fin 2016. La Syrie, l'Irak et la Colombie ont représenté les principaux foyers des déplacements internes. Quant au nombre de réfugiés ayant quitté leur pays d'origine, il a totalisé 22,5 millions de personnes, chiffre le plus important jamais observé. La guerre civile en Syrie, déclenchée il y a plus de six ans, continue de générer le plus grand nombre de réfugiés avec quelque 5,5 millions au total, dont près de 825.000 nouvelles personnes en 2016.

C’est dire que les chouanneries meurtrières à travers différentes régions du globe doivent, aujourd’hui, pousser les dirigeants, la société civile, les citoyens lambda… à jeter un autre regard sur les migrants. Un regard plus humain et surtout moins réprobateur. ■

 

 

Partage RéSEAUX SOCIAUX