Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

L’Observatoire marocain du Bonheur s’allie au Laboratoire de recherche GREER

Vendredi 15 Mars 2019 - Par Finances News

Fatima Zahra Bensalah, présidente de l'OMB. © FNH.ma


 

Le Laboratoire de recherche GREER de la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de l’Université Cadi Ayad, en partenariat avec l’OMB, lance un projet scientifique original et organise le 18 mars 2019 à Marrakech, une demi-journée sur le bonheur.

 

L’Observatoire marocain du Bonheur s’allie à un groupe d’enseignants-chercheurs affilié au Laboratoire de Recherche en Economie de l’Energie, Environnement et Ressources (GREER) pour un projet original.

Il s’agit de l’animation d’une série de rencontres scientifiques, en invitant des sommités nationales et internationales en la matière, des chefs d’entreprises et des professionnels, avec l’implication des doctorants de l’Université Cadi Ayad dans une approche transdisciplinaire, sur des sujets communs, pouvant intéresser aussi bien l’université que le monde de l’entreprise.

Ce rapprochement actif entre le monde professionnel et le monde académique se base sur le renforcement d’un groupe de réflexion et de discussion sur l’économie du bien-être et du bonheur, autant dans ses dimensions globales et macroéconomiques que dans ses dimensions microéconomiques et ses applications à l’entreprise.

Objectifs : offrir aux participants (universitaires, chefs d’entreprises, doctorants, professionnels...) un espace de discussion et d’échanges, susceptible d’encadrer et d’orienter les chercheurs et de créer la possibilité de réfléchir en commun sur des thématiques pouvant intéresser l’entreprise.

 

2 sommités pour une première rencontre le 18 mars

C’est sous le thème «Economie du bonheur et du bien-être : état de l'art, enjeux et perspectives», qu’est organisée cette première rencontre en la présence effective de deux sommités internationales en la matière, en l’occurrence : Ruut Veenhoven et Gaël Brulé.

Ruut Veenhoven est un professeur de sociologie néerlandais spécialisé dans les études sur le bonheur à l’université Erasmus de Rotterdam. Il est le fondateur de la World Database of Happiness et du Journal of Happiness Studies. Il est reconnu comme l’un des pionniers dans le domaine universitaire du bonheur.

Gaël Brulé, quant à lui, est un sociologue ingénieux. Ingénieur de formation, il a d’abord suivi la voie classique en travaillant dans de grandes compagnies en France et à l’étranger. En manque de sens, il entreprend en 2010 de mettre à profit ses compétences sur des projets urbains et d’architecture tout en commençant un doctorat en sociologie. Il combine l’approche scientifique et factuelle de sa formation originale pour mieux mettre en lumière un sujet utile à tous : le bonheur. Docteur en sociologie, il est actuellement chercheur à l’université de Neuchâtel en Suisse et de Rotterdam aux Pays Bas. Il est rédacteur en chef de la revue Sciences & Bonheur.

A travers cette rencontre, les organisateurs cherchent à renforcer ce groupe de réflexion sur l’économie du bonheur, à élaborer des réflexions sur le bonheur et les faire rayonner, à élargir les horizons de conscience, à plaidoyer en formulant des propositions concrètes et enfin à outiller ces propositions et les mettre en œuvre à travers des actions concrètes.

Pour rappel, l’Observatoire marocain du bonheur est une association à but non lucratif créé en novembre 2015 sous l’impulsion de Fatima Zahra Bensalah, dédiée à l’étude, l’analyse et la compréhension des multiples sources et facettes du bonheur chez les Marocains.

L’OMB ambitionne de développer des projets d’investigation pluridisciplinaires pour créer un débat autour du bonheur, dévoiler les attentes des Marocains et aider les différentes parties prenantes à mieux comprendre les préoccupations des Marocains en matière de bonheur.

L’Observatoire marocain du bonheur a pour objectifs ultimes la participation à l’amélioration du degré du bonheur des Marocains et la promotion de la culture du bonheur. Dans ce sens, il compte œuvrer aussi bien sur les plans social et économique que culturel, notamment à travers le soutien et la promotion de la recherche scientifique et les études autour du bonheur et ses différentes composantes.

 

Partage RéSEAUX SOCIAUX