Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×
Jeudi 12 Avril 2018 - Par financenews

Union sacrée

 

Ce sont ces moments particuliers où l’on ressent la fierté d’être Marocains. Ces moments où les politiques, élus, société civile… troquent leur tunique pour se parer du drapeau national et défendre l’intégrité territoriale.

Et c’est ce qui s’est passé lundi dernier à Laâyoune.

Dans un élan de patriotisme sans égal, unis autour de la marocanité du Sahara, ils se sont mobilisés pour dénoncer les basses manœuvres du polisario dans la zone tampon.

Cette démonstration de force, si tant est qu’on peut la qualifier ainsi, témoigne d’une chose : la sacralité de la marocanité du Sahara, qui ne peut souffrir d’aucune sorte de compromis.

A travers cette très forte mobilisation du peuple marocain, qui fait front uni derrière le Roi Mohammed VI, il s’agissait aussi de donner un signal fort à la communauté internationale, mais surtout à tous ceux qui ourdissent de sournois complots pour déstabiliser le Royaume. A ces derniers, les fils du pays ont donné une réponse appropriée, résolus à défendre par tous les moyens la souveraineté du Maroc.

Et croire que la rencontre inédite de Laâyoune ne se résume qu’à une clause de style serait une monumentale erreur de la part du polisario et de son soutien l’Algérie. Cela va bien au-delà. C’est ce que révèle la substance de la Déclaration de Laâyoune. Et encore davantage les propos tenus par le chef de gouvernement, Saad Eddine El Othmani, qui, dans un ton ferme, a affirmé que «nous utiliserons tous les moyens légaux en notre pouvoir pour empêcher toute tentative de changement du statu quo», ajoutant que «toutes les options sont ouvertes». Que le polisario et l’Algérie se le tiennent donc pour dit. Le Maroc n’exclut aucune option pour défendre son intégrité territoriale. C’est une position de principe immuable.

Le philosophe chinois De Mencius, disait, à juste titre, que «ceux qui s'avancent trop précipitamment reculeront encore plus vite». Le polisario devrait s’en inspirer et cesser ses provocations dans la zone tampon. Avant qu’il ne soit trop tard. ■

 

 

Partage RéSEAUX SOCIAUX