Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×
Jeudi 10 Mai 2018 - Par financenews

Le vrai visage de Téhéran

 

Un vent particulièrement frais circule entre le Maroc et l’Iran depuis quelques jours. Si l’on se doutait bien que les relations entre Rabat et Téhéran étaient loin d’être idylliques, le point de rupture a été atteint le mardi 1er mai, lorsque le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, a annoncé que le Royaume a décidé de rompre ses relations diplomatiques avec l’Iran.

C’est la seconde «rupture diplomatique» après celle qui a duré de 2009 à 2014. Dans la foulée, le chargé d'affaires de l'Ambassade d'Iran à Rabat a été sommé de quitter le Maroc «sans délai».

Cette posture intransigeante du Royaume à l’égard de l’Iran tient à un seul fait : la ligne rouge a été franchie, eu égard notamment à la «connivence avérée» et au soutien militaire de son allié, le mouvement Hezbollah, au «polisario».

Il est utile de le rappeler de temps à autre, particulièrement à ceux dont la mémoire s’use avec le temps : le Maroc ne transige pas avec son intégrité territoriale. L’Iran le sait maintenant. Bien à ses dépens.

Et dans cette affaire, le Royaume aura été bien élégant. Car, avant de prendre cette décision, il a pris la courtoisie d’en informer l’Iran. Mais pas seulement. Bourita, qui a rencontré son homologue iranien, Javad Zarif, lors d’un voyage éclair, lui a présenté des preuves irréfutables (www.laquotidienne.fnh.ma).

Quels arguments opposer devant de telles preuves ? Rien, sinon le déni, que ce soit à Beyrouth, à Alger ou encore à Téhéran. Mais l’on ne s’étonne guère, car en la matière, Alger est un récidiviste, il le porte en bandoulière…, même pris la main dans le sac. Ce qui surprend tout au moins, c’est la duplicité de l’Iran. Mais également son attitude ingrate, d’autant que, comme le rappelle Bourita, dans le cadre de l’accord sur le nucléaire iranien, le Maroc a toujours prôné la discussion et n’a jamais «pris de position hâtive ou des positions inappropriées» par rapport à l’Iran. Belle façon de nous rendre la pareille. Comme le dit si bien le proverbe oriental, «ne payez pas d'ingratitude le bien que l'on vous fait». ■

 

Partage RéSEAUX SOCIAUX