Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×
Vendredi 02 Fevrier 2018 - Par financenews

Le Grand Chelem

Fatima Ouriaghli, Directeur Général responsable de la Publication 


 

 

Rassurez-vous, nous n’allons pas parler de tennis. Même si ce sport semble s’être invité dans… le court central du business. Il faut l’avouer, le patronat a en effet remporté le Grand Chelem, eu égard notamment aux nombreux acquis qu’il a pu glaner ces dernières années. La réforme continue de la TVA, l’IS progressif, le remboursement des dossiers de TVA… sont autant de chantiers difficiles et délicats sur lesquels la Confédération générale des entreprises du Maroc a pu réaliser des avancées notoires.

En toile de fond de cette réussite, la plateforme CGEM-gouvernement, composée de cinq groupes de travail : climat des affaires, compétitivité, commerce extérieur, PME, social et formation.

Les fruits de cette initiative sont aujourd’hui largement perceptibles, au grand bonheur des opérateurs économiques. Lesquels en demandent toujours plus et maintiennent subtilement la pression sur le gouvernement. Objectif : fluidifier davantage le climat des affaires.

Et ce, d’autant que tout n’est pas rose, comme en témoigne le goulot d’étranglement que continuent à être les délais de paiement, malgré la mise en place de la réforme.

En définitive, c’est bien pour la CGEM d’aligner des victoires. Et pas n’importe lesquelles. Mais ce n’est pas tout. Car si le gouvernement consent à faire certaines concessions, c’est certes pour créer un environnement des affaires serein et favorable, mais aussi et surtout pour qu’en contrepartie, les patrons investissent, stimulent la croissance et créent de l’emploi.

Et c’est sur ce terrain qu’on les attend désormais. En effet, pour résorber le taux endémique du chômage au Maroc qui culmine à 10,6%, il est impératif que le public et le privé travaillent main dans la main.

Aujourd’hui, c’est l’un des principaux défis que le Royaume est appelé à relever. ■

 

 

Partage RéSEAUX SOCIAUX