Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×
Jeudi 17 Mai 2018 - Par financenews

Stratégie de développement : ce que recommande l’OCDE

 

L’OCDE a identifié trois leviers à actionner pour donner une nouvelle trajectoire à l’économie nationale : la compétitivité industrielle, l’éducation et compétences et la cohérence des stratégies sectorielles.

 

 

Le modèle de développement national «s’avère aujourd’hui inapte à satisfaire les demandes pressantes et les besoins croissants des citoyens, à réduire les disparités catégorielles et les écarts territoriaux et à réaliser la justice sociale». Ce constat lucide fait par le Roi il y a quelques mois induit donc forcément une redéfinition de la trajectoire économique du Maroc, si tant est que le pays ambitionne de faire partie du cercle des économies émergentes. C’est la raison pour laquelle le Souverain a appelé «le gouvernement, le parlement et les différentes institutions ou instances concernées, chacun dans son domaine de compétence, à reconsidérer notre modèle de développement pour le mettre en phase avec les évolutions que connaît le pays».

Cette injonction n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Bien au contraire, le gouvernement semble, désormais, avoir fait du processus de transformation de l’économie nationale une priorité.

Cela passera inévitablement par un certain nombre de réformes structurelles. Dans son second volume de l’Examen multidimensionnel du Maroc présenté lundi devant le chef de gouvernement, Saad Eddine El Othmani, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) en a identifié trois : renforcer la compétitivité des entreprises industrielles pour donner une impulsion à la transformation structurelle; relever le niveau de formation de la population et mettre la formation en adéquation avec les besoins de l’économie; renforcer la cohérence des stratégies sectorielles pour accroître l’efficacité de l’action de l’État.

Trois leviers à actionner et qui devraient donc permettre de donner une nouvelle impulsion à la dynamique de développement du Royaume.

 

Les constats du rapport

 

Les réformes préconisées par l’OCDE découlent d’un certain nombre de constats, comme notamment le développement à deux vitesses du tissu productif de l’économie marocaine, avec d’importants écarts de compétitivité. «Environ 30% des entreprises marocaines dans le secteur de la machinerie atteignent les niveaux de productivité des firmes mondiales les plus performantes, mais la plupart des entreprises des autres secteurs affichent des niveaux de productivité faibles ou moyens», souligne le rapport, qui recommande de soutenir l’innovation, favoriser l’émergence d’un secteur logistique structuré et de qualité et une utilisation plus intensive des normes de qualité par les entreprises, l’État et les consommateurs.

L’objectif étant notamment de pouvoir «améliorer durablement la compétitivité du Maroc et soutenir la création d’emplois de qualité».

Sur un autre volet, le Maroc accuse un retard important en matière d’éducation (4,3 années de scolarisation en moyenne pour la population de plus de 25 ans contre près de 8 en Tunisie et 10 en Turquie), indique l’OCDE.

D’où la nécessité de relever le niveau de formation. Cela passera, entre autres, par une meilleure planification des besoins et une meilleure distribution des ressources humaines, tout en rendant attractifs les parcours des enseignants. De plus, «le Maroc doit résoudre l’inadéquation entre formation et emploi», compte tenu du faible taux d’emploi et du taux de chômage des diplômés.

En cela, l’OCDE suggère, entre autres pistes, de développer les filières plus proches des besoins de l’économie, comme celles qui débouchent sur un diplôme professionnel, et de mettre en place des mécanismes efficaces pour anticiper les besoins du marché.

Enfin, l’OCDE recommande la mise en cohérence des politiques publiques et des stratégies sectorielles pour une action plus efficace de l’État marocain. «Le Maroc devrait se doter d’objectifs prioritaires de développement clairs et partagés, niveler par le haut la qualité des stratégies sectorielles et renforcer les mécanismes de coordination interministériels», note le rapport. Non sans indiquer que le Royaume «gagnerait à développer une véritable culture de l’évaluation au sein de l’administration en rendant plus systématique l’évaluation des stratégies, et en mettant en place une instance d’évaluation indépendante et dotée de moyens financiers et humains suffisants».

A l’évidence, et comme l’a dit El Othmani, ce rapport de l’OCDE constitue une opportunité pour enrichir le débat en cours sur le renouvellement du modèle de développement du Maroc, de manière à lui permettre de surmonter les difficultés, parer aux lacunes et rejoindre le club des pays émergents. Encore faudrait-il mettre en œuvre les différentes recommandations formulées. ■

 

 

D.W

 

 

Croissance du PIB
Partage RéSEAUX SOCIAUX