Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×
Jeudi 14 Septembre 2017 - Par financenews

Immobilier : La reprise des transactions menacée par la hausse des taux et l'entente entre les banques

 

Le marché de l’immobilier va un peu mieux, cet été les volumes ont continué d’augmenter, confirmant la hausse des volumes des transactions résidentielles constatée par l’indice IPAI de Bank Al-Maghrib sur le deuxième trimestre 2017. Mais la hausse des taux menace cette tendance. Les experts dénoncent même une entente entre les banques.

 

Depuis le début du Printemps, Il y a plus d’acquéreurs sur le marché, il faut dire jamais les astres n’ont été aussi bien aligné pour les acquéreurs. «Grâce à la baisse des prix de l’immobilier couplée à la baisse des taux d’intérêt certaines familles ont pu acquérir leur maison à un très bon prix», observe Yassine Lahlou, Directeur général de Meilleurtaux.ma, le spécialiste du courtage en immobilier.  

En effet, depuis le début de l’année 2017, les banques marocaines ont offert des taux de crédits à des niveaux historiquement bas à leurs meilleurs clients. Ainsi certains d'entre eux ont pu bénéficier de crédits à taux fixe à 4,3% HT sur 15 ans et à 4,5 % HT sur 25 ans. 

 

Attention à la hausse des taux et à l'entente entre les banques

 

A l’instar des marchés occidentaux, les banques marocaines ont introduit progressivement depuis 2015 des politiques tarifaires permettant d’ajuster leur taux au profil de risque des emprunteurs : en fonction des revenus, de l’âge, de l’apport, etc, observe Lahlou. Ce qui a contribué à maintenir une interressante progression des crédits à l'habitat.

"Malheureusement en avril 2017, cette tendance saine s’est vue entravée par la mise en place d’un accord au sein du Groupement Professionnel des Banques du Maroc (GPBM) sur des taux plancher", indique-t-il. Ainsi, les banques ont pris la décision de remonter les taux de crédit et d’harmoniser leur offre autour de deux maturités : Inférieur à 10 ans 4,5 % HT et de 10 ans à 25 ans 4,9 % HT.

Le niveau relativement élevé des taux planchers réduit la marge de négociation des meilleurs clients. Or les acheteurs cherchent toujours à emprunter aux meilleures conditions du moment. “Certaines banques de la place n’ont pas suivi le mouvement et ont réussi à capter une nouvelle clientèle, de qualité”, estime l'expert en immobilier.

Cette décision a également laissé de nombreux acheteurs perplexes notamment ceux qui ont tardé à concrétiser leurs acquittions et qui se sont retrouvés face à des taux de 0,5 % plus cher que ce qu’ils avaient budgétisé.

 

 

Partage RéSEAUX SOCIAUX