Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×
Lundi 13 Novembre 2017 - Par financenews

Financement des porteurs de projets : la révolution est-elle en marche ?

 

Aux yeux de certains professionnels spécialisés dans l’accompagnement des porteurs de projets, un grand pas vient d’être franchi en matière de véhicules financiers destinés aux TPE-PME.

 

 

L’actualité afférente aux véhicules financiers destinés au tissu entrepreneurial largement subjugué par les TPE et les PME, est dominée par le récent lancement du Fonds Innov Invest (doté de 700 MDH), destiné aux start-up exerçant dans différentes branches d’activité (TIC, énergies renouvelables, biotechs, agribusiness, etc.).

Cette annonce bien accueillie par les acteurs qui s’évertuent à épauler les porteurs de projets innovants à l’échelle nationale, est un prétexte de taille pour recueillir l’avis des professionnels sur l’efficacité de l’écosystème des véhicules financiers destinés aux petites entreprises de taille modeste.

Contacté par nos soins, Aziz Qadiri, président du Réseau entreprendre Maroc, n’y est pas allé par quatre chemins. «Jusque-là, il n’y avait pas de mécanismes financiers appropriés pour financer la phase d’amorçage des jeunes entreprises», regrette-t-il. Et d’ajouter : «Force est de constater que le Fonds Innov Invest remédie à cette carence qui constitue un grand handicap pour l’essor de l’entrepreneuriat au Maroc».

Rappelons que pour des raisons de coûts et de rentabilité, les capital-risqueurs sont plus enclins à investir dans des entreprises structurées bien implantées sur le marché. Dans le même ordre d’idées, c’est un truisme d’affirmer que les banques observent la même posture que celle des capital-risqueurs au Maroc, qui visiblement ont changé de fusil d’épaule.

En effet, l’Association marocaine des investisseurs en capital (Amic) a mis en place une commission dédiée à l’amorçage en novembre 2016. Celle-ci devrait mener une étude afin d’identifier les investisseurs potentiels, tout en définissant l’offre du Maroc pour orienter les investissements privés vers les fonds d’amorçage nationaux.

Au-delà de ce qui précède, le lancement du fonds précité géré par la Caisse centrale de garantie (CCG) constitue aux yeux des professionnels une véritable révolution pour l’accès des entreprises innovantes au financement. ■

 

 


A lire sur le même thème :  Fonds Innov Invest : l’écosystème startups prend de l’envergure


 

 

Paroles de pro : Aziz Qadiri, président du Réseau entreprendre Maroc

 

«Il serait dénué de sens d’analyser l’écosystème des véhicules financiers destinés aux TPE et PME sans revenir sur le lancement du Fonds Innov Invest, qui symbolise une grande avancée en matière de facilitation d’accès des entreprises innovantes au financement. Faudrait-il rappeler que ce fonds va injecter près de 700 MDH dans le tissu entrepreneurial de notre pays. Ce qui n’est pas rien. L’indépendance et la spécialisation des sociétés gestionnaires de ce nouveau véhicule financier sont de nature à donner un véritable coup de pouce au financement de l’amorçage des entreprises, notamment les petites structures et les porteurs de projets, d’ailleurs soutenus par le Réseau entreprendre Maroc, labellisé par le fonds en tant qu’incubateur. Même si des défis inhérents à la petite taille du marché des porteurs de projets subsistent, je reste optimiste quant au succès de ce nouveau instrument qui renforce l’écosystème des véhicules financiers destinés aux TPE et PME marocaines». ■

 

 

 

 

 

 

 

 

Par M. Diao

 

 

Partage RéSEAUX SOCIAUX