Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×
Samedi 17 Fevrier 2018 - Par Finances News

Photovoltaïca : L’électrification de l’Afrique au centre des préoccupations

Aziz Rabbah, ministre de l’Energie, des Mines et du Développement durable


 

- Plus de 700 participants en conclave à Marrakech.

- L’accès à l’électricité reste un enjeu vital pour l’Afrique.

- Photovoltaïca deviendra PhotovoltAfrica à la prochaine édition.

 

 

Le Maroc occupe une place de plus en plus importante sur l’échiquier international des énergies renouvelables. Une assertion qui s’est vérifiée lors de la 3ème édition du Salon international des énergies renouvelables «Photovoltaïca», tenu du 13 au 15 février à Marrakech, sous le thème «la place du photovoltaïque dans la généralisation de l’électrification en Afrique».

Organisée sous le haut patronage du Roi Mohammed VI par le ministère de l’Energie, des Mines et du Développement durable, en partenariat avec la Société d'investissement énergétique (SIE), Masen et ACWA Power, le congrès s’est donné pour objectif d’encourager les investissements en Afrique, d’accompagner les efforts du Maroc dans la lutte contre le réchauffement climatique et de soutenir le secteur des énergies renouvelables.

Plus de 700 participants, dont des représentants officiels de plus de huit pays africains, des investisseurs et des acteurs des énergies renouvelables ont pris part à ce carrefour devenu un rendez-vous incontournable du photovoltaïque.

Cette année, eu égard à l’intérêt croissant que portent les investisseurs étrangers au secteur énergétique marocain, Photovoltaïca a pris une dimension internationale. L’accent a été mis sur l’Afrique, continent où la consommation électrique demeure très faible.

«L’accès à l’électricité reste un enjeu vital pour l’Afrique. L’offre demeure insuffisante face à un rythme de croissance de la population et de l’économie africaine qui se traduira par des besoins énergétiques de plus en plus importants, qui devront être satisfaits d’urgence en engageant des programmes d’infrastructures énergétiques», a affirmé Aziz Rabbah, ministre de l’Energie, des Mines et du Développement durable dans son mot d’ouverture.

Avec une consommation estimée à 0,67 Tonnes équivalent pétrole par habitant (TEP) contre 1,89 TEP à l’échelle mondiale, les défis à relever en matière d’électrification sont énormes. Et pourtant, le continent dispose de tous les atouts pour pallier ce déficit.

 

La dépendance énergétique du Maroc est passée de 98% en 2008 à 93% aujourd’hui

 

L’exemple le plus édifiant est celui du Maroc qui est sur la voie de relever les défis énergétiques grâce aux énergies renouvelables.

«La stratégie énergétique, adoptée depuis 2009, a commencé à donner ses fruits. L’équilibre entre l’offre et la demande électrique est actuellement assuré, avec une marge de réserve de plus de 10%, qui est un niveau très satisfaisant. La part de l’éolien et du solaire dans la puissance installée est passée de 2% début 2009 à plus de 13% actuellement. Ainsi, le taux de dépendance énergétique  est passé de 98% en 2008 à environ 93%», a précisé le ministre.

Grace à ces performances, le Royaume s’est hissé au rang de leader en matière des énergies renouvelables. Son expertise est de plus en plus sollicitée par les autres pays africains. Dans ce sillage et dans un esprit de solidarité, destiné

à répondre aux défis à relever par l’Afrique, le Maroc est déterminé à partager son expertise en matière de développement de l’énergie solaire pour répondre aux besoins diversifiés de ses populations.

Ainsi, à partir de la prochaine édition, Photovoltaïca deviendra PhotovoltAfrica et se tiendra dans un autre pays africain. ■

 

 

Par L. Boumahrou

 

 

Energie
Partage RéSEAUX SOCIAUX