Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×
Mercredi 26 Juillet 2017 - Par financenews

Moody’s analyse l’exposition des 3 plus grandes banques marocaines aux risques en Afrique

Les trois plus grandes banques au Maroc (Attijariwafa bank, le groupe BCP et BMCE BoA), qui représentent près du deux tiers des actifs bancaires du pays, ont fait l’objet d’une étude comparative de l’agence de notation Moody’s concernant leurs expositions aux risques de crédit en Afrique.

 

 

Si les trois banques précitées suivent des stratégies bancaires universelles similaires et se sont développées en Afrique subsaharienne pour renforcer leur croissance, elles ont néanmoins des capacités inégales d’absorption des risques, fait savoir Moody's.

Ainsi, selon l’agence, l'expansion vers l'Afrique a été menée par Attijariwafa bank (AWB) et BMCE BoA, ce qui explique qu’elles présentent les proportions les plus élevées de prêts provenant de la région dans leur bilan :  23% pour AWB et 25% pour BMCE BoA. Avec une proportion de 12% le groupe BCP affiche une exposition plus «modeste», souligne l’agence de notation.

Les opérations étrangères à haut rendement, principalement axées sur les services bancaires aux entreprises, ont considérablement augmenté la rentabilité opérationnelle des trois banques. Pour BMCE BoA, 47% du PNB (Produit net bancaire) provient d'Afrique, contre 28% pour Attijariwafa bank et 17% pour BCP, précise l’agence.

Toutefois, les ratios de bénéfices nets d'Attijariwafa bank sont supérieurs à ceux de ses concurrents, principalement en raison de la baisse des coûts d'exploitation, d'une proportion plus élevée de revenus issus des commissions et des provisions pour créances douteuses moins importantes.

Avec un ratio de créances en souffrance de 7% en décembre 2016, AWB affiche également le ratio de créances en souffrance le plus bas.  Ce ratio est de 7,7% pour BCP et 8,3%, indique l’agence. Celle-ci ajoute que les trois banques sont confrontées à des niveaux élevés de prêts problématiques, mais il faut s’attendre à ce que la performance des prêts se stabilise dans les 12 à 18 prochains mois, à mesure que l'économie marocaine se renforcera et que les banques amélioreront leur gestion des risques dans leurs filiales étrangères.

Enfin, Mood’ys signale que la BCP a un profil de financement plus fort que les deux autres banques, en raison de son vaste réseau de succursales qui lui permet de collecter une grande base de dépôt. En conséquence, la banque dépend moins du financement du marché que ses concurrents. BMCE, cependant, a constamment affiché un niveau plus élevé d'actifs liquides.

 

 

 

BMCE Bank of Africa Attijariwafa Bank Banque centrale populaire
Partage RéSEAUX SOCIAUX