Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×
Mercredi 08 Novembre 2017 - Par financenews

Doing business : le rôle déterminant joué par la DGI

 

Dans l’édition du rapport Doing Business 2018 de la Banque mondiale, le Maroc a amélioré son rang de près de 40% au plan du «paiement des impôts et taxes», se hissant du 41e rang en 2017 au 25e en 2018, sur un total de 190 pays.

Le Maroc a pu nettement améliorer son classement au niveau de cet indicateur depuis l’édition de 2012, en réalisant une avancée importante de 87 places, ce qui témoigne des efforts entrepris en la matière ces dernières années, fait savoir la Direction générale des impôts (DGI) dans un communiqué.

«Le Maroc s’est approché de près de 2 points de la meilleure performance mondiale en matière de paiement des impôts et taxes, avec un score de 85,7, quand l’excellence est éstimée à 100», souligne-t-on du côté de la DGI.

Les équipes de Omar Faraj (photo), directeur général des impôts, voient dans cette progression «remarquable» les effets de la généralisation des procédures de la télédéclaration et du télépaiement de l’IS, l’IR et de la TVA.

A ces réalisations s’ajoute le développement d’un bouquet de téléservices fiscaux mis en ligne au profit des entreprises, en particulier la délivrance électronique de diverses attestations.

La DGI fait également remarquer que l’amélioration des procédures fiscales a également permis d’impacter positivement l’indicateur de création d’entreprises, autre critère pris en compte par la Banque mondiale pour élaborer son classement. Ainsi, le Maroc a diminué de 26% le temps moyen nécessaire à l’accomplissement des formalités de déclaration et paiement des principaux impôts, taxes et cotisations.

Parmi les mesures mises en place par la DGI est dont les rédacteurs du rapport ont pris note, figurent la suppression de l’apposition de timbres physiques, et la réduction des droits d’enregistrement à travers un droit fixe de 1.000 dh au lieu du droit proportionnel de 1% souligne le Fisc.

 

fiscalité
Partage RéSEAUX SOCIAUX