Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×
Vendredi 08 Decembre 2017 - Par financenews

Bourse de Casablanca : retour sur la nouvelle grille tarifaire

 

La Bourse de Casablanca a présenté récemment sa nouvelle grille tarifaire. Seules les commissions de séjour ainsi que les frais relatifs aux opérations sur titres payés par les émetteurs ont évolué. Les investisseurs ne constateront aucun changement dans les frais de trading. Détails.

 

 

Ce réaménagement est le premier depuis plus de 10 ans et il sera applicable à partir du 1er janvier 2018. A ce titre, un benchmark sur 16 Bourses comparables a été effectué. Résultat : un élargissement de l'assiette des services facturés a été décidé ainsi qu'une revue de la base de calcul des commissions de séjour.

A noter que la nouvelle tarification des commissions de séjour sera désormais corrélée à la capitalisation boursière annuelle moyenne des entreprises, alors qu'elle était auparavant calculée sur le capital social. Elle devra atteindre 120.000 DH par an pour les plus grandes capitalisations, contre 15.000 DH actuellement.

Une hausse importante que Karim Hajji, DG de la Bourse de Casablanca, justifie : «cela permet de l'autre côté de réduire les frais de séjour des PME qui seront de 2.400 DH actuellement contre 5.000 DH précédemment».

Ahmed Arharbi, directeur des opérations de marchés à la Bourse de Casablanca, explique pour sa part que «les premières simulations montrent que les frais de séjour vont baisser pour 60% des entreprises des 3ème et 2ème compartiments, alors qu'ils augmenteront pour 9% des plus grandes capitalisations».

Pour Hajji, une entreprise comme Maroc Telecom, qui bénéficie d'une double cotation au Maroc et sur la Bourse de Paris, continuera à payer, à titre d'exemple, des frais plus faibles au Maroc, malgré la hausse prévue de ses frais de séjour, étant la première capitalisation de la place.

Une autre nouveauté concerne les opérations sur titres. Les émetteurs ne payent actuellement des frais que sur les augmentations de capital en numéraire.

La base a été élargie aux augmentations de capital par conversion de dividendes en actions, par conversion d'obligations en actions ou encore par remboursement d'obligations en actions. D'autres frais nouveaux vont apparaître pour les titres de créances.

A noter enfin que ces frais de séjour ne rapportent que 1,2 MDH à la Bourse de Casablanca, soit 3,5% de ses revenus. L'essentiel du chiffre d'affaires provenant des commissions de trading, faisant d'elle une entreprise de marché dont la profitabilité est directement liée aux transactions, et donc aux volumes sur la Bourse de Casablanca.

Depuis quelques années, la Bourse de Casablanca a diversifié les sources de son chiffre d'affaires avec la vente du flux aux diffuseurs ou encore le programme Elite qu’elle facture aux entreprises bénéficiaires. ■

 

A.H

 

 

Bourse
Partage RéSEAUX SOCIAUX